Un Magritte peut effectivement en cacher un autre - La pose enchantée de Magritte

Un Magritte peut effectivement en cacher un autre - La pose enchantée de Magritte

Quand la conservatrice Alice Tavares da Silva fit subir un examen de routine à « La condition Humaine » (1935) de René Magritte, elle ne s’attendait pas à cela !

Le tableau devait subir un examen tout à fait normal, avant d’être prêté à un autre musée pour une expo, tâche qui fut donnée à Mme Da Silva.

Après avoir décroché le tableau de son châssis, elle s’aperçut que la toile autour  avait été peinte dans une autre couleur que la couleur générale de La Condition Humaine (1935) – je précise la date, il y a plusieurs tableaux de Magritte du même titre.

Elle réalisa très vite qu’il y avait autre chose sous la surface. Un examen au rayons X révéla qu’il s’agissait d’un morceau de La pose enchantée de Magritte (1927), qui était portée disparue depuis 1932. Il s’avéra que Magritte l’avait découpée en 4 morceaux et puis peint par-dessus.

Originellement une tableau représentant deux femmes nues, « La pose enchantée » peut être vue en photo noir et blanc dans le catalogue raisonné de 1992, avec une note : « Localisation inconnue. Probablement détruit. »

Cette note apparaît dans le catalogue raisonné de presque tous les artistes. Cependant on s’attend à retrouver les toiles un jour dans un vieux grenier, durant une vente aux enchère de particulier, ou accroché sur le mur de la chambre d’un ami de l’artiste (comme on a récemment retrouvé un Frida Kahlo).

Mais en retrouver une sous une autre peinture, provenant en plus de la collection d’un musée, est exceptionnel. Le plus tragique est que les peintures ne pourront jamais être séparées, au risque de détruire l’une, l’autre ou les deux.

La technique moderne nous permet cependant d’avoir une bonne image de « La Pose Enchantée » bien qu’elle soit sous « La condition Humaine ». Cette technologie a déjà permis de révéler 2 autres parties de « La pose enchantée » avant que Silva ne fasse sa découverte. Une sous « The portrait » en 2013 et une sous « The red model ».

Mise à jour de La pose enchantée de Magritte

Trois ans après la découverte du MOMA, Da Silva, qui avait étudié les 2 premières découvertes, était sûre qu’elle avait trouvé la troisième partie. Des tests additionnels confirmèrent son hypothèse, utilisant une technique connue sous le nom de XRF (X-Ray Fluorescence). Cette technique ne permet pas de « voir » les couleurs à proprement parler, mais permet de définir quelles couleurs ont été utilisées.

La machine envoie des rayons X au travers de la peinture, et chaque élément de la couche révèle sa propre fréquence : on peut alors identifier si il y a du calcium, du fer ou du plomb. Après, avec ce que l’on sait par rapport à la composition des pigments, nous inférons ceux qui ont les plus grandes chances d’êtres présents. À partir de là, le tableau peut être reconstitué par ordinateur dans ses tons originaux.

Ces techniques modernes permettent de révéler de plus en plus souvent des tableaux perdus, comme La pose enchantée de Magritte, et avec un peu de chances, la quatrième et dernière pièce du puzzle sera bientôt mise à jour.

  Google+ Pinterest

Partagez votre amour de l'art!

Paolo Euvrard
Écrit par:

Nos articles sont tous originaux et publiés sur notre page Google.

Certains articles sont tirés de publications en Anglais et traduits par mes soins.

Section separator

Cet article "Un Magritte peut effectivement en cacher un autre - La pose enchantée de Magritte" est apparu pour la première fois sur le blog de tableau sur toile le 10 décembre, 2016. Copiez et recopiez, mais s'il vous plait faites un lien vers cette page.

 

 Souscrire au fil RSS

Envoi des reproductions de tableaux sécurisée par UPS, paiement par PayPal, transfert bancaire ou carte bleue
Section separator

Témoignage d'un client au hasard

Just to let you know the painting has now been delivered. And I love it! Thank you so much. I'm sure I'll be in touch for future commissions.
(Lisa Drabble, Squid and Pear, Angleterre)
Partagez notre site sur Twitter
Partagez notre site sur Facebook